Science et vocabulaire

Il est difficile de conjecturer comment les hommes sont parvenus à connaître et employer le fer; car il n'est pas croyable qu'ils aient imaginé d'eux-mêmes de tirer la matière de la mine et de lui donner les préparations nécessaires pour la mettre en fusion avant de savoir ce qui en résulterait. (J.J. Rousseau, Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes, 1754)

Le fer est un élément chimique dont le symbole est Fe et le numéro atomique 26; sa densité est de 7,874, il est fusible à 1529 degrés C et bout à 2450 degrés C. Le fer natif (pur) est extrêmement rare dans la nature. L'écorce terrestre en contient 4,7% sous forme d'oxydes et de carbonates. (Documenta Geigy, Tables scientifiques. 7e ed. 1972)

La ferronnerie est l'art et également la technique du travail du fer à la forge avec différents outils, de l'étampe au marteau. Ceux-ci sont dotés de têtes multiples : les têtes rondes (dégorgeoir), les têtes en croix, les têtes plates (aplanisseurs). L'introduction des marteaux à bascule et ceux à pannes longues (étireurs), et en 1841 celle des marteaux-pilon marquent un changement significatif pour le travail du fer. Avant ceux-ci existaient de multiples pinces de forge, aussi appelées tenailles, qui se distinguent par la forme de leurs mâchoires. Il faut également mentionner l'étau et l'enclume dont l'extrémité arrondie, nommée bigorne, facilite la formation des anneaux. Les outils complémentaires pour travailler le fer à froid sont les burins, les ciseaux et les limes. Les outils requis varient bien sûr selon l'ordre de grandeur des matériaux traités.

Le fer forgé s'apprête à toutes les sauces. Parmi les plus petits ouvrages, il faut mentionner les clous, les clés et leurs serrures. Au nombre des grands ouvrages, les ancres de marine et les canons occupent une place particulière d'un point de vue historique et technologique. Ces deux extrêmes témoignent fort éloquemment des multiples utilisations du fer forgé.

Aujourd'hui, l'utilisation du fer s'est popularisée. Les ouvrages, extérieurs et intérieurs sont majoritairement concentrés dans les propriétés privées. De plus en plus de ferronniers utilisent des logiciels spécialisés dans le dessin assisté. Ces nouveaux outils informatiques leur permettent de présenter, modifier et éditer facilement des projets à partir d'une bibliothèque de modèles existants, leur faisant gagner un temps précieux dans la phase de planification. Ils peuvent facilement avoir accès, grâce à l'ordinateur, à un grand choix de motifs et d'ornements pour personnaliser le produit selon les volontés du client.


Vocabulaire des métaux

Acier: alliage de fer et de carbone (0,5% à 2%). Celui-ci est l'élément clé pour ses propriétés mécaniques

Bronze: alliage de cuivre et d'étain de couleur jaune-vert

Charbon: Le charbon est un terme générique qui désigne des roches sédimentaires d'origine biochimique et riches en carbone.

Charbon de bois: matière obtenue en carbonisant du bois de manière contrôlée en l'absence d'oxygène. Le procédé permet de retirer du bois, son humidité

Coke: combustible résultant de la distillation de différentes houilles.

Fonte: alliage de fer et de carbone (2 à 7%), elle est obtenue par la fusion et la réduction du minerai de fer dans un haut fourneau en présence du carbone.

Fer doux: fonte affinée par l'élimination presque complète du carbone (résiduel moins de 0.1%)

Galvanisation: Procédé visant l'application d'une couche de Zinc sur la surface de métal. Consulter notre section Galvanisation pour en savoir davantage.

Gueuse: lingot de fonte de première fusion de grande dimension

Houille: Combustible solide résultant de la fossilisation de végétaux au cours des temps géologiques, et qui se présente en gisements

Loupe: lingot de fer doux pesant 3 à 5 kg obtenu à l'aide d'un bas fourneau

Renard: lingot de fer prêt à être transformé pour les besoins du marché en fer plat, en fer rond, en forte barre rectangulaire, etc.


Vocabulaire des pièces en fer

Garde-corps: Ensemble d'éléments formant une barrière de protection placée sur le pourtour d'un balcon, d'un pallier, d'une terrasse située sur une toiture ou d'une mezzanine. La hauteur du garde-corps et l'espacement entre les barreaux sont régis pas le Code national du bâtiment.

Juliette: Type de garde-corps que l'on retrouve devant des portes où il n'y a pas de balcon.

Limon: Pièce d'appui qui permet de tenir les marches de l'escalier. Pour les escaliers en fer, les 2 limons et le poteau de soutien forment la structure de soutien de l'escalier.

Rampe: Barreaux qui se posent à hauteur d'appui sur les limons d'un escalier. Il existe différentes formes : barreaux droits, à arcades, à l'anglaise, à fleurs etc.

Main-courante: Partie supérieure du garde-corps ou de la rampe sur laquelle on pose notre main.

Marche: Dans un escalier, surface horizontal sur laquelle on pose le pied. Elle peut être droite lorsque rectangulaire ou à angle lorsque les deux extrémités ont des largeurs différentes.

Contremarche: Dans un escalier, partie verticale entre deux marches, la majorité des escaliers extérieurs n'en contiennent pas.

Grille de protection: Grille composée de plusieurs barreaux verticaux espacés d'environ 12 cm et soudés à des barreaux horizontaux eux-même fixés dans le mur et scellé dans l'encadrement d'une fenêtre ou d'une porte vitrée. Elle est généralement utilisée pour sécuriser un bâtiment. Autres noms utilisés : grille de sécurité, grille de défense, grille de fenêtre, grille de porte.

Marquise: Auvent vitré situé généralement devant une porte d'entrée. Bien qu'à Montréal, il est rare de voir des auvents vitrés, nous appelons tout de même les auvents d'entrée en fer forgé « marquise ».


Bibliographie

Ares, José Antonio

Techniques du fer forgé
Editions Eyrolles, Collection Le geste et l'outil (2008) 144p.

Arthur, Éric Ross.

Le fer : fer forgé et pièces moulées au Canada, du dix-septième siècle à nos jours.
LaPrairie, Québec : Éditions M. Broquet c1985 242p.
Disponible : UdM Aménagement cote : ( HD 9524 C32 A7812 )

Bouchard, R.

Saint-Rémi de Napierville : les croix en fer forgé du cimetière.
Québec, Ministère des affaires culturelles. Direction du patrimoine, 1979. 98 p.
Disponible : UdM LSH cote : (NK 8428 B68)

Burie, Myriam

220 modèles d'ornements de toiture en métal : Epis et Girouettes
Editions Eyrolles Collection Gabarits et tracés - Série références, 2007

Capdefer, André

Portails et grilles de clôtures : 25 modèles de Ferronnerie d'art
Editions Eyrolles 3e ed 2011. 56 p.

de Réaumur, R.-A.

L'art de convertir le fer forgé en acier : et l'art d'adoucir le fer fondu, ou de faire des ouvrages de fer fondu aussi finis que de fer forgé.
Paris : M.Brunet, 1722
Disponible : UdM LSH : microfiches

Flores, I.

L'art du fer forgé.
De Vecchi Éditeur, Paris, 2006 159 p

Kühn, F.

Fer forgé.
Fribourg : Office du livre, 1973 120p.
Disponible : UdM LSH cote : (NK 8204 K84)

Mercuzot, A.

Fer forgé : histoire, pratique, objets & chefs-d'oeuvre.
Jean-Cyrille Godefroy : Paris, 2007 238 p.